logo du réseau de scèene en scène

Moi, Médée


Moi, Médée

Présentation

Théâtre

Attention : le spectacle se joue dans la salle La Luciole du Pari – jauge limitée

Avant-première

Tarif 5€

Médée la Colchidienne, l’étrangère, donc la « barbare » (selon les Grecs), la princesse orientale, socialement anéantie par le parjure de son époux grec Jason ; Médée, la criminelle par amour, l’épouse répudiée, la mère infanticide, est enfermée : elle est sa propre prison.

Seule sur scène, dans un « nid » où se dissimulent souffrance, haine et passion démesurée, elle sanglote, gémit, hurle, se désespère.

Saisie par sa solitude vertigineuse de femme niée, Médée ne peut que répéter :

« Je serai Médée,

Il me reste Médée,

Maintenant, je suis Médée. »

Et son cri nous interroge violemment :

Qui est Médée ?

D’où vient-elle, cette femme ? D’un ailleurs qui nous effraie, parce qu’il est « étrange », inconnu de nous. Elle vient de Colchide, ou de Syrie, ou d’Afghanistan…

Oui, Médée est avant tout femme et étrangère. On pouvait la croire « intégrée » ;  mais il n’en est rien : l’homme qu’elle aime, Jason, le héros grec qui lui doit tout, la quitte pour une autre, plus jeune, plus grecque : Créüse, fille du roi Créon, elle est un « bon parti » !

Que reste-t-il à Médée ? Deux garçons, les enfants de Jason l’infidèle, le lâche, l’ambitieux. Mais il lui reste aussi sa haine amoureuse, son désir de vengeance, et sa dignité à reconquérir.

Mort et destruction avaient déjà présidé à sa passion fusionnelle : l’amour a fait d’elle  une criminelle. La haine vengeresse et l’irrémédiable souffrance en font une infanticide.

 Pourquoi une autre Médée ?

Depuis longtemps, je rêvais de monter une « Médée » : celle d’Euripide ? celle de Sénèque ?

En 2009, une danseuse et une comédienne, toutes deux aimées et admirées, m’ont donné le déclic : j’allais faire de Médée un personnage dédoublé : la jeune Médée, danseuse, la princesse de Colchide, amante de Jason ; et la vieille Médée, celle d’après la tragédie, celle qui témoigne, l’universelle, l’intemporelle Médée.

La création fut « éblouissante » au sens propre du terme : elle m’éclairait, et me brûlait. Dès lors, il fallait que je retrouve Médée, une autre, seule cette fois, ici et maintenant…

Le dispositif scénographique :

Médée, la mère infanticide, l’amante répudiée, est en errance, dans un ailleurs, un au-delà où plus rien ne peut l’atteindre, où, de loin, elle regarde et revit sa propre histoire.

Recluse dans son théâtre intérieur, enfouie dans les méandres d’un tissu rouge qui est son seul univers, la criminelle Médée recrée la mise en scène de sa tragédie, d’une traite, comme elle le fait inlassablement.

Auteur : Sénèque

Metteur en scène : Mercedes Tormo

Comédienne : Anna Mazzotti


Producteur:

Théâtre du Matin

Date(s) :

16/01/18
à 20 h 30

Emplacement :

Le Pari (Tarbes)


Adresse :

21 Rue Georges Clemenceau
65000 TARBES


Loading Map....

À ne pas manquer :

Pin It on Pinterest